En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Histoire

Histoire

Par Web Mestre, publié le mercredi 21 novembre 2018 15:08 - Mis à jour le samedi 5 janvier 2019 10:42
P1000658.JPG

Le lycée Claude Lebois porte le nom du fondateur et directeur de l’Ecole Professionnelle Municipale de Saint-Chamond qui fut ouverte le 03 novembre 1879.

Claude Lebois, ancien professeur à l’Ecole Normale de Grenoble était convaincu de la nécessité de créer un enseignement professionnel dans une ville industrielle. Il exposa sa façon de voir à la municipalité mais il se heurta à deux problèmes :

  • le premier était de convaincre l’administration économique de donner à l’école un caractère pratique,
  • le second était d’ordre financier. Il fallait trouver les fonds nécessaires pour son bon fonctionnement.

Malgré cela, l’école d’enseignement fut créée et 22 élèves composaient la première promotion.

L’Ecole Professionnelle prit le nom d’Ecole Pratique d’Industrie en 1894.

Une ouverture de nouveaux ateliers eut lieu en 1896, ainsi qu’une nouvelle section, celle du lacet qui initiait les élèves au réglage, au montage et à la réparation des métiers. La principale préoccupation de l’école est la mécanique et celle-ci est en pleine expansion.

L’effectif au 1er octobre 1929 de l’Ecole Pratique est de 110 élèves répartis dans cinq sections. Tous sont externes.

Le cinquantenaire de l’Ecole Pratique d’Industrie de Saint-Chamond est célébré solennellement le 27 octobre 1929 sous la présidence de Monsieur Edmond LABBE, Directeur Général de l’Enseignement Technique. Cette cérémonie a été organisée par l’Association des anciens élèves sous les auspices de Monsieur Antoine PINAY, Maire, et de la Municipalité de Saint-Chamond.

En 1931, une Ecole Primaire Supérieure est jumelée à l’Ecole Pratique d’Industrie et prépare les élèves au Brevet Elémentaire et au concours d’entrée à l’Ecole Normale.

En 1937, un atelier école destiné à recevoir des enfants de 13 à 14 ans est ouvert. Cette même année, un projet d’agrandissement et de restauration de l’école est mis au point. Mais, la réalisation de celui-là ne restera qu’au stade théorique, en raison de la guerre.

En 1943, l’Ecole Pratique prend le nom de Collège Technique et l’Ecole Primaire Supérieure devient Collège Moderne.

En 1949, le Centre d’Apprentissage est crée afin de préparer en trois ans au CAP.

En 1954, 75 ans après sa formation, l’établissement fait apparaître un effectif total de 470 élèves, dont 35 internes et 84 demi-pensionnaires, répartis en :

  • Collège technique : 8 sections,
  • Collège moderne : 4 sections,
  • Centre d’apprentissage : 5 sections.


En 1960, un décret ministériel impose de nouvelles dénominations :

  • le collège technique devient lycée technique,
  • le collège moderne devient lycée moderne,
  • le centre d’apprentissage devient collège d’enseignement technique.


Les locaux sont alors situés dans les ailes du bâtiment de l’Hôtel de Ville.

En 1960, l’effectif du lycée était de 689 élèves, répartis en :

  • Lycée moderne : 183,
  • Lycée technique : 259,
  • Collège d’enseignement technique : 247.


Les bâtiments s’avérant insuffisants, la construction d’un nouvel établissement fut nécessaire. Sa réalisation commença au mois de novembre 1959.

L’établissement fut installé en septembre 1961 dans les bâtiments actuels situés boulevard Alamagny sur la commune de Saint-Martin en Coailleux.

A la rentrée 1972, le lycée municipal de jeunes filles est annexé au lycée Claude Lebois puis les locaux sont désaffectés en 1977.

C’est à l’ouverture du Collège Jean Rostand de Fonsala en septembre 1977, que le lycée perd son premier cycle (collège) et devient un établissement de second cycle (lycée) long et cours, d’enseignement supérieur avec la préparation aux BTS.

A la rentrée 1991, le Lycée Professionnel de Langonand est rattaché administrativement au lycée Claude Lebois, puis les locaux sont désaffectés en 1993.

Depuis 1999, les locaux sont restructurés. La rénovation des ateliers est prévue par la région Rhône-Alpes.